08 novembre 2006

News 1 : Et ils y allèrent, ils marchérent longtemps, très longtemps ...

Dimanche 10, je me lève donc à 8h tranquillement, je pète la forme, c'est normal, j'ai dormi 5h en deux nuits, surtout faut pas que je m'endorme dans la caisse partant vers l'aéroport sinon ma mère m'étrangle. Je tiens le coup, on décolle avec Clément, le mec de la fac qui fait la même chose que oim et une amie à lui, Marie que je ne connais pas mais qui sort d'une license d'espagnol, ça peut servir vu mon niveau. Ma première expérience en avion se passe très bien, faut dire j'ai dormi du début à la fin, j'ai même failli rater le décollage ...
Aterrissage à Malaga à 15h, 35°, j'aurai du prendre un pull. On pose nos keuss dans une consigne de la gare, achetons nos billets de train et "vamos a la playa oh ohoh ohoh" comme dit la chanson. On traîne un peu, normal c'est les vacances, mais on arrive quand même à pécho le train de 21h pour Cordoba. Je dors une grande partie du trajet, genre la gueule ouverte face à la clim.

malaga1malaga2

Arrivée à Cordoba à 23h, je suis gelé, saloperie de clim, j'ai déjà la niflette. On chope un taxi, il nous regarde avec nos 85 kilos de bagages, genre va falloir faire deux voyages, mais ya pas moyen, Clément lui explique un truc et on arrive à tout caser dans sa caisse. On se pose à l'auberge de jeunesse, trop classe, ouverte 24h/24h, 7j/7j, en plein dans la "Juderia", le quartier historico-toursitique, 14,5e la nuit avec petit-dej, c'est honnête, en plus il reste des chambres, tant mieux, on aurait galérer à trouver un pont et des cartons :)
Une bière, sa petite soeur et quelques tapas plus-tard, buenas noches, demain faut trouver un logement, s'inscrire à la fac et apprendre l'espagnol parce que ça va pas être possible de demander à 350.000 personnes d'apprendre le français. Je place donc délicatement mon petit dictionnaire franco-espagnol sous mon oreiller, j'ai vu ça dans un film.

Lundi 11, on se lève à 9h, j'ai un rhume, la grande classe, c'est parti. On chope notre tuteur Erasmus, Paco,
2006_09_11___Pacoaccessoirement serveur dans un bar, il nous brieffe vitezef sur les trucs de base à savoir ici, nous inscrit à la fac, nous enmène chercher des cartes SIM espagnoles et commence à chercher des chambres avec nous alors qu'il est en examen, en gros il assure à fond.
Ici la recherche de collocations se fait grâce aux annonces sur les cabines téléphoniques et autres poteaux électriques. Marie se charge de passer les coups de fil, parce qu'avec leur accent de ouf, je capte même pas lorsqu'ils me disent "buenas tardes" les andalous, mais bon ça viendra. Gros problème, 80% des annonces concernent les gonzesses, y en a que pour elles, Marie trouve donc facilement un appart cool dans le quartier qui bouge, le "Ciudad Jardin". C'est cool pour elle parce qu'elle repart demain pour passer des rattrapages à Toulouse, j'ai toujours pas tout compris. Après cette première victoire, on décide de féter ça dans le bar à tapas d'à côté tranquillement, 1,3€ la binouze et les tapas offerts avec, viva cordoba.


Mardi 12, on se lève à deux, Marie est partie, c'est le début de la galère. On va à l'université de lettres, le mec qui s'occupent des erasmus est bien cool, il appelle des gens pour nous mais en vain. On visite quelques appart et rencontrons Maria et Dario mais leur appart est un peu éloigné du centre. C'est pas grave, dans la soirée, on va quand même féter les 25 ans de Dario sur une place en picolant quelques binouzes et en essayant de parler avec leurs amis. Clément s'en sort bien mais pour moi c'est plus tendu mêm si je commence à dicerner les mots, reste plus qu'à les comprendre ...


Mercredi 13, on a fait tous les poteaux de la ville, on se rabat sonc sur les annonces sur internet dans un cybercafé. Sur les deux heures de recherche, on doit quand même bien passer 1h30 sur msn comme des couillons mais bon fallait. On commence à appeler tous les numéros, même ceux pour les filles, faut qu'on trouve quelquechose. On est complétement crevé mais bon y a Lyon qui joue contre le Real, un petit match à l'apéro, ça met la patate.
On va voir le match à "Los Quintos", un bar à foot, il y a des seaux de binouzes, 6 pour 5€, on prend un seau chacun et nous commençons à supporter. Deux buts plutard, on est deux à chanter dans le bar et ils sont une dizaine à nous regarder bizarre mais correct. Le patron nous paie sa tournée avec un viel alcool allemand genre "personnequinenveut", c'est pas très bon mais gratuit. On prend les petits frères et allons ripailler avec les espagnol(e)s. On sort vers 2h, il pleut, je vous jure, je suis en T-shirt-Short-Tongue (TST), genre représentant du Pas-De-Calais en déplacement dans le sud, je suis mouillé. On rentre tranquillement, je trouve 10 euros on the ground, génial je paie mon bocadillo (sandwich) chez "Morilés", le resto pas cher ouvert H24, trop bien. On repart sous la pluie, le ventre plein, le reste aussi.



Jeudi 14, c'est aujourd'hui où jamais, on déjeune avec 3 françaises de Chambéry en vacances en Andalousie, c'est cool, je comprends une conversation pour la première fois depuis 2 jours. On commence par appeler les numéros que l'on a pas eu le temps de rappeler la veille, et là boom, Clément tombe sur Elena, une espagnole qui nous dit qu'elle va appeler la proprio de l'appart où elle crêche pour voir si y a moyen que deux petits français en détresse s'installent. La proprio nous rappelle et nous dit qu'il y a moyen, on peut passer visiter vers 17h. On y va et là c'est coup de foudre, en plein dans le "Ciudad Jardin", 4 chambres carrément correctes face aux cages à poules que l'on a déjà vu et surtout un salon de 40 m² idéal pour organiser des private party, euh pour travailler dans un cadre sympathique.
On dit banco tout les deux, on voullait pas vivre à deux au debout mais là c'est plus possible, c'est le top, 160€ par mois environ. On peut enménager samedi, nickel.
On rente à l'auberge le coeur léger, on recroise les 3 françaises et allons danser la slasa à la "Roneria", un bar cubain où le patron par le français et sert de superbes mojitos. On rentre vers 2h30, elles sont un peu lourdes à la fin.



Vendredi 15, réveil tranquille, petit-déj, on descend pour prendre une nuit de plus et bing, désolé messieurs c'est complet, c'est pas grave on avait pas encore dormi dehors. On vide la chambre et on fout tout dans la consigne de l'auberge, l'imprévu ne nous fait plus peur enfin pas tout de suite. On appelle Paco, il gère a
vec la proprio pour que l'on s'installe aujourd'hui, nickel, on arrive à 18h, on s'installe et déboule Elena, hola chicos, je vous enmène, esta noche sera de puta madre. Une dizaine d'amigos, un concert de Chambao sur une place et deux bars plus-tard (ou 35 verres si vous préférez :), nous voilà devant le "Havana", un bar-discothèque très chicos mais y a un problème, c'est que je suis en TST ce qui, à part dans le Pas-De-Calais, n'est pas très chic. Pas grave, Jésus, un ami d'Elena connaît un serveur donc vamos. On reste une petite heure, le temps de me faire mater 12 millions de fois, on s'en va rejoindre le petit ami d'Elena dans un autre bar, plus rock'n'roll, cool mais les motards kiffent pas trop les tongues non plus. On se finit là-bas jusque ... ? ... jusque tard.



Samedi 16, nous nous levons à 8h, petit-déj équilibré, footing de 2h, non je déconne, on dors jusque 15h. Nous allons faire quelques courses avec Adolfo (le mec d'Elena) dans un supermarché à 30 mètres de chez nous, il nous coache sur la bouffe et sur les bons plans dans les supermarchés (genre la bière est moins chère la-bas, ici la vodka vaut le coup, ...). Le soir, on va boire une bière tranquillement avec Isabelle, une espagnole rencontrée lors d'une soirée, on voit sa soeur qui habite Grenade et qui nous dit de passer la voir quand on veut, sympa non. Vers 1h30, on rentre mater Terminator en espagnol, énorme.


Dimanche 17, repos la journée, le soir, on va voir un match de foot dans le bar d'Adolfo car oui, Adolfo aussi est serveur dans un bar et fan de l'Atletico Madrid, c'est mon foie qui va être content :) 
Voilà une semaine déjà, plus que 39, je vais pas vous casser les coudes à raconter toutes mes semaines passées ici mais bon j'essaie de communiquer :)

 

Hasta luego

Posté par chpere à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur News 1 : Et ils y allèrent, ils marchérent longtemps, très longtemps ...

Nouveau commentaire